vendredi 11 mars 2011

"L'Alchimiste" de Paulo Coelho

Lecture achevée le 10 mars 2011

Les alchimistes sont des hommes qui consacrent leur vie à purifier des métaux dans des laboratoires : ils croient que si l’on cuit un métal pendant des années et des années, celui-ci finira par se libérer de toutes ses propriétés spécifiques, et qu’alors il ne restera plus à sa place que l’Äme du Monde. Cette chose unique permet aux alchimistes de comprendre tout ce qui existe sur terre, car elle est le langage grâce auxquelles les choses communiquent entre elles. C’est cette découverte qu’ils appellent le Grand Œuvre, constitué d’une partie liquide et d’une partie solide. La partie liquide est appelée Elixir de Longue Vie, qui guérit non seulement toutes les maladies, mais empêche également l’alchimiste de vieillir. La partie solide est la Pierre Philosophale, qui possède une propriété tout à fait extraordinaire. Il suffit d’un tout petit fragment de cette pierre pour transformer de grandes quantités de vil métal en or.

Ce livre est l’histoire d’un jeune berger Espagnol qui fait la connaissance d’un roi, et qui se rend compte que sa vie ne le comble pas autant qu’il se force à le croire. Il décide alors de quitter ses moutons pour suivre un rêve qu’il a fait quelques fois. Ce long voyage, au cours duquel il rencontre un marchand, un Anglais, une femme du désert, et finalement un alchimiste, l’emmène jusqu’aux plus beau des trésors qu’il trouve au pied des pyramides d’Egypte : l’accomplissement de sa Légende Personnelle.

Il s'agit en fait d'un rappel à chacun de nous, rédigé sous forme de l’histoire rocambolesque et un peu fantastique d’un gardien de mouton. Nous n’avons qu’une seule vie, et rien ne devrait être plus important que de la vivre. La plupart d’entre nous sont précipités dans un quotidien qui nous fait oublier nos rêves, qui fausse nos valeurs et qui ne nous permet pas de nous accomplir réellement.
Même si je n’en ai pas particulièrement apprécié la lecture car la narration ainsi que le style d’écriture littéraire sont inintéressants, j’ai toutefois bien compris où ce livre voulait m’emmener. Et le contrat est rempli, car en écrivant ces quelques lignes je me suis pris à penser au véritable message de ce texte, et à mettre ma vie en perspective.

Nous faisons fausse route, et le pire, c’est que nous le savons très bien.

1 commentaire:

Benjamin a dit…

J'ai relu ce livre durant l'été 2016. J'y ai trouvé un certain plaisir, même si ce n'est pas une oeuvre de référence pour moi comme il l'est pour d'autres.