dimanche 23 janvier 2011

"Hélène" de Euripide

Lecture achevée le 16 janvier 2011

Tandis que l’image de la guerre troyenne ne cessait de grandir, une curieuse légende apparaissait dans son ombre. Hélène, disait-on, n’est jamais allée à Troie. Aphrodite l’avait promise au fils de Priam, Pâris, s’il lui donnait le prix de la beauté. Mais les dieux ne voulurent pas qu’elle fut infidèle. Le Troyen n’emporta donc qu’un fantôme tandis qu’Hermès l’enlevait elle-même vers l’Egypte et la confiait au roi Protée, qui mourut entretemps et laissa le trône à son fils Théoclymène.
Le rideau s’ouvre sur Hélène qui raconte son infortune. Elle est persuadée que son époux Ménélas est mort, et n’espère même plus rentrer un jour dans sa patrie. En outre, lors du règne de Protée rien ne menaçait son honneur, mais depuis le couronnement de son fils, ce dernier la poursuit et veut s’unir à elle.
Ménélas, quant à lui, est bien vivant et sur le chemin du retour de Troie, victorieux après dix ans de guerre. Il ramène avec lui sa belle, ou plutôt son fantôme mais il ne le sait pas. Malheureusement une tempête s’abat sur eux et échoue leur navire sur une terre inconnue. Ménélas apprend qu’il est sur la terre de Théoclymène, et que les grecs n’y sont pas les bienvenus car Hélène, la fille de Zeus, habite ici. Ménélas est sans voix et n’y comprend plus, jusqu’à ce que le fantôme qu’il a ramené de Troie s’évapore et qu’il aille trouver en secret la véritable Hélène dans le palais du roi. Les deux époux sont transportés de joie, tellement heureux de se retrouver et Ménélas d’apprendre que sa femme ne lui a en fait jamais été infidèle. Il faut fuir maintenant, avant que Théoclymène ne découvre Ménélas. Pour ce faire ils mettent au point un plan audacieux. Hélène décide de faire croire au roi qu’elle a appris la mort de son époux par un grec rescapé qui est venu jusqu’à elle. Elle présente à Théoclymène ce grec qui est Ménélas lui-même, mais qui se fait passer pour un autre. Elle prétend dès lors être enfin prête à devenir sa femme comme il le désire, mais en échange lui demande la faveur de pouvoir honorer son époux défunt en déposant des offrandes à la mer. Cette cérémonie devant se passer au large, il lui faudra un bateau et qui de mieux que ce grec rescapé pour l’assister dans cette cérémonie. Théoclymène, enchanté par la perspective d’épouser finalement Hélène dès son retour, accepte toutes ses conditions et sans le savoir, offre aux deux époux de Sparte un très agréable voyage de retour vers leur patrie.

Voici une légende très intéressante qui remet en question l’origine même de la guerre de Troie. La célèbre Ilion a-t-elle donc entièrement brûlée après dix années de massacre pour rien ? Elle illustre en tous cas une fois de plus cette terrible vérité de l’époque que nous rappelle Marie Delcourt-Curvers dans sa préface: "La sagesse de l’homme est de reconnaître qu’il est le jouet des dieux".

Aucun commentaire: