dimanche 29 août 2010

"L'Odyssée" de Homère

Lecture achevée le 26 août 2010

Comme chacun le sait, l’Odyssée est une des références absolues de la littérature mythologique.
Ecrite il y a près de 28 siècles, cette œuvre intemporelle raconte le rude voyage d’Ulysse – en grec, Odysseus – pour revenir de Troie, en Asie Mineure, jusqu’à sa terre natale, l’île d’Ithaque, à l’ouest de la Grèce. Tant et tant de souffrances ! La mer sauvage, les monstres, les hommes aussi, qui tracent eux-mêmes le chemin de leur perte. De la flotte qui part de Troie après 10 ans de guerre, il ne reste bientôt plus qu’un seul navire, puis un seul homme, balloté par la tempête et s’échouant, sali par l’écume et le sel, sur les rivages inconnus. Un magnifique périple, grâce à la poésie d’Homère et grâce à Ulysse qui raconte lui-même une partie de ses aventures. La sauvagerie de la mer déchaînée par le dieu Poséidon, les nombreuses créatures du monde magique qu’il parcourt, toutes plus fascinantes les unes que les autres : les Lotophages, les Cyclopes, Eole, les Lestrygons, Circé, les Sirènes, Charybde et Scylla, Calypso… Ulysse veut tout connaître du monde, curiosité insatiable, il côtoie les Dieux et pénètre jusqu’au royaume des morts. Jamais il n’aborde un nouveau rivage sans se lancer dans des explorations périlleuses pour savoir quels êtres y vivent : la rencontre des monstres, l’expérience des sortilèges, il va au fond de l’inconnu. Deux fois, il séjourne longuement dans des lieux de rêve, où on l’invite à demeurer à jamais, mi-homme, mi-dieu, lui offrant la vie éternelle et le bonheur absolu. Mais Ulysse sait qu’il n’est qu’un homme, un simple mortel, et qu’il doit le rester pour aller jusqu’au bout de son voyage : retrouver à Ithaque son épouse fidèle Pénélope. Télémaque, le fils d’Ulysse, est également bien présent dans l’Odyssée. Il attend son père en défendant ses biens tant bien que mal, et décide finalement de partir à sa recherche sur le conseil de la déesse Athena. Leurs aventures se terminent sur de chaudes retrouvailles, explosion d’émotions, et sur la reconquête de leur place sur la terre natale après 20 ans d’absence.

Que dire de plus ? J’ai pris beaucoup de plaisir à lire les 24 chants de cette œuvre magique et superbement écrite. J’ai tellement apprécié que j’ai immédiatement commandé l’Iliade que je lirai donc très prochainement (pourquoi faire les choses à l’endroit quand on peut les faire à l’envers ?), malgré que je connaisse déjà assez bien le thème de la guerre de Troie. L’Odyssée m’a donné envie de rester dans le monde d’Homère quelques temps. Comment refuser cette invitation ?

6 commentaires:

Céline a dit…

Ces textes sont merveilleux ... On comprend vite pourquoi ils enchantent dans de gens depuis plus de 2 500 ans.
J'ai encore préféré l'Iliade à L'Odyssée : bonne lecture !

Benjamin a dit…

Je me réjouis de lire l'Iliade alors! Je devrais recevoir ma commande Amazon aujourd'hui donc le début de l'aventure ne saurait tarder...

Benjamin a dit…

Malheureusement pas d'accord avec toi Céline cette fois-ci. J'ai trouvé l'Iliade fort long (trop), l'Odyssée était nettement plus à mon goût.

Ambroisie a dit…

Beaucoup de personnes me disent qu'elles préférent l'Odysée à l'Iliade.

Benjamin a dit…

En effet c'est mon cas également Ambroisie. Et toi qu'en pense-tu?

Ambroisie a dit…

J'en pense que je désire acheter les deux pour au moins les découvrir sauf que je ne sais pas encore quelle édition prendre. Toute fois, je suis assez intéressée par celle proposée par les Editions Robert Laffont qui a pour particularité de proposer les deux oeuvres dans la langue de notre temps.