dimanche 29 août 2010

"L'Odyssée" de Homère

Lecture achevée le 26 août 2010

Comme chacun le sait, l’Odyssée est une des références absolues de la littérature mythologique.
Ecrite il y a près de 28 siècles, cette œuvre intemporelle raconte le rude voyage d’Ulysse – en grec, Odysseus – pour revenir de Troie, en Asie Mineure, jusqu’à sa terre natale, l’île d’Ithaque, à l’ouest de la Grèce. Tant et tant de souffrances ! La mer sauvage, les monstres, les hommes aussi, qui tracent eux-mêmes le chemin de leur perte. De la flotte qui part de Troie après 10 ans de guerre, il ne reste bientôt plus qu’un seul navire, puis un seul homme, balloté par la tempête et s’échouant, sali par l’écume et le sel, sur les rivages inconnus. Un magnifique périple, grâce à la poésie d’Homère et grâce à Ulysse qui raconte lui-même une partie de ses aventures. La sauvagerie de la mer déchaînée par le dieu Poséidon, les nombreuses créatures du monde magique qu’il parcourt, toutes plus fascinantes les unes que les autres : les Lotophages, les Cyclopes, Eole, les Lestrygons, Circé, les Sirènes, Charybde et Scylla, Calypso… Ulysse veut tout connaître du monde, curiosité insatiable, il côtoie les Dieux et pénètre jusqu’au royaume des morts. Jamais il n’aborde un nouveau rivage sans se lancer dans des explorations périlleuses pour savoir quels êtres y vivent : la rencontre des monstres, l’expérience des sortilèges, il va au fond de l’inconnu. Deux fois, il séjourne longuement dans des lieux de rêve, où on l’invite à demeurer à jamais, mi-homme, mi-dieu, lui offrant la vie éternelle et le bonheur absolu. Mais Ulysse sait qu’il n’est qu’un homme, un simple mortel, et qu’il doit le rester pour aller jusqu’au bout de son voyage : retrouver à Ithaque son épouse fidèle Pénélope. Télémaque, le fils d’Ulysse, est également bien présent dans l’Odyssée. Il attend son père en défendant ses biens tant bien que mal, et décide finalement de partir à sa recherche sur le conseil de la déesse Athena. Leurs aventures se terminent sur de chaudes retrouvailles, explosion d’émotions, et sur la reconquête de leur place sur la terre natale après 20 ans d’absence.

Que dire de plus ? J’ai pris beaucoup de plaisir à lire les 24 chants de cette œuvre magique et superbement écrite. J’ai tellement apprécié que j’ai immédiatement commandé l’Iliade que je lirai donc très prochainement (pourquoi faire les choses à l’endroit quand on peut les faire à l’envers ?), malgré que je connaisse déjà assez bien le thème de la guerre de Troie. L’Odyssée m’a donné envie de rester dans le monde d’Homère quelques temps. Comment refuser cette invitation ?

vendredi 6 août 2010

"Le Saint, le Surfeur et la PDG" de Robin S. Sharma

Lecture achevée le 4 août 2010

Jack est un homme comme beaucoup d’entre nous. Il a un bon travail, une maison, une famille, il est en relativement bonne santé et ne pourrait décemment pas se plaindre d’aucun aspect de sa vie. Pourtant il a un sentiment d’incomplétude. Il aspire à vivre une vie plus heureuse, plus saine et plus belle.
C’est par hasard qu’il engage un jour la conversation avec Cal, son voisin de chambre dans l’hôpital qui l’a accueilli suite à un accident de voiture. Immédiatement ce vieil homme, sur le point de s’éteindre, lui semble être d’une grande sagesse. Après s’être ouvert à lui, Jack est ébloui par la philosophie de vie de cet homme et par les quelques conseils qu’il lui donne. Le lendemain matin, impatient de reprendre cette discussion passionnante sur la vie, Jack constate malheureusement que le vieil homme est décédé. Une infirmière lui apprend peu après que Cal lui a laissé une enveloppe. Cette enveloppe contient une invitation a un voyage organisé en trois étapes, tous frais payés, à la découverte d’une vie idéale.
Une fois rétabli, et après avoir hésité quelque peu, Jack décide d’entreprendre ce périple sans savoir ce qui l’attend.
La première étape du voyage le conduit à Rome, où l’attend le père Mike. Ce dernier est également un homme d’une grande sagesse, aux côtés duquel il va passer 1 mois. Avec beaucoup d’amour et de sincérité, Père Mike lui transmet petit à petit son savoir sur le destin, l’authenticité et l’intégrité. Il lui apprend que la vie est une école de croissance, qu’il nous faut également la vivre en créant et en accomplissant ce qui nous importe le plus à nous, et non ce qui importe aux autres. Il lui enseigne le concept d’écart d’intégrité (écart entre notre moi intérieur et notre moi social) et la manière de le réduire. Il lui rappelle finalement l’importance pour l’être humain de vivre pour quelque chose de plus grand que lui même, afin de laisser un petit quelque chose derrière nous au moment du départ.
La deuxième étape du voyage l’emmène sur une plage complètement isolée à Hawaï, où il rencontre Moe Jackson, ex-patron de la publicité reconverti en surfeur qui vit paisiblement dans une petite cabane au bord de l’océan afin de mieux profiter de sa passion. Il passe également 1 mois avec lui, au cours duquel Moe lui apprend à être plus à l’écoute de ses émotions et de ses intuitions, à faire plus confiance à la vie au lieu de tout prévoir et calculer, à véritablement aimer la vie et à profiter de chaque moment. La vie n’est rien de plus qu’une succession de moments. Si on les rate, on rate sa vie.
La troisième partie de son voyage le conduit à New York, au 53ème étage d’une prestigieuse tour de bureaux, où il fait la connaissance de Tess Welch, PDG d’une société réputée de courtage sur la place financière de Manhattan. Au cours du mois qu’il passe avec elle, il découvre comment appréhender le travail et les affaires d’une autre façon. Elle lui explique qu’au lieu de courir sans cesse derrière sa réussite personnelle, son succès impressionnant provient de sa volonté sincère de créer de la valeur avant tout pour les autres. Selon elle, l’erreur de nombreuses entreprises et individus est de miser avant tout sur l’accumulation des richesses, au lieu de se consacrer à aider les autres à concrétiser leurs rêves. Plus on cherche son propre bonheur et succès, plus on s’en éloigne. Le bonheur et le succès sont les produits dérivés, inattendus quoique inévitables, d’une vie consacrée à la création de valeur pour autrui.

Jack est un homme comme beaucoup d’entre nous. Satisfait dans l’ensemble, il lui manque toutefois quelque chose pour s’estimer être pleinement épanoui. Selon le Père Mike, ce sentiment de trop peu au fond de nous n’est autre que la voix de notre esprit qui tente de nous réveiller et de nous indiquer le droit chemin – afin que nous vivions de façon authentique et que nous devenions enfin la personne que nous sommes vraiment.
Ce bouquin nous donne une multitude de clés pour parvenir à "une vie idéale". La plupart d’entre elles sont de jolis conseils de vie que nous aurions bien du mal à réfuter. Pour ma part j’en oublierai beaucoup tant ils me semblent souvent trop éloignés de ma réalité (j’ai probablement tort), mais j’en garderai néanmoins quelques uns. Cela suffit sans doute pour dire que ce livre était une belle excursion en dehors de mes lectures classiques habituelles.