dimanche 2 mai 2010

"Ajax" de Sophocle

Lecture achevée le 29 avril 2010

En pleine nuit, le grand guerrier Ajax revient du campement de ses ennemis les Argiens. Il est fier, car après un terrible combat il a terrassé à lui tout seul des dizaines d’hommes, en ce compris plusieurs chefs. Il revient avec quelques ennemis ligotés, qu’il entreprend de torturer pour leur faire entendre sa puissance et sa colère. C’est alors qu’il se rend progressivement compte de sa méprise. Ce ne sont que des animaux, des bœufs et des chèvres. Croyant s’attaquer à leur armée, il n’a fait que décimer le gibier de ses ennemis. C’est la déesse Athena, irritée par l’arrogance du guerrier, qui est l’auteur de cette illusion et de cette crise de folie. De retour à la réalité et prenant pleinement conscience de ce qu’il a fait, Ajax entre dans une grande tourmente et conclu finalement qu’il n’a plus le choix. Après s’être isolé de ses proches, il se jette sur sa propre épée en invoquant les dieux. C’est son frère Teucros qui découvre le corps sans vie d’Ajax. Désolé de cette triste histoire, il entend bien rendre honneur à son frère pour tous ses hauts faits en organisant des funérailles dignes du guerrier qu’il était. Mais c’est sans compter sur leurs ennemis Ménélas et Agamemnon qui passaient par là. Ils tentent de forcer Teucros à laisser sur place la dépouille d’Ajax, sans sépulture et en proie aux oiseaux, en invoquant tout le mal qu’il leur a fait. Ulysse entre alors en scène pour régler ce différent. Le mal qu’il leur a fait ne représente que la grandeur de cet ennemi qui mérite d’être honoré pour cela. Teucros peut donc procéder aux rites pour accompagner son frère sur le chemin de l’enfer.

Cette pièce nous en apprend plus sur l'un des héros de la grande guerre de Troie. Cependant, même si j’aime beaucoup ce contexte de la mythologie grecque, je ne peux pas dire que j’ai pris tellement de plaisir à la lire malheureusement. Elle m’a semblée trop longue pour raconter si peu de choses. Elle manque de dynamisme à mon goût.

Aucun commentaire: