jeudi 29 octobre 2009

"Etre le réalisateur de sa vie" de Thomas Jacobsen

Lecture achevée le 28 octobre 2009

Qui ne s’est jamais posé de question sur sa vie ? Qui ne s’est jamais demandé s’il n’était pas en train de perdre son temps à courir derrière une vie rangée, stable et sécurisante, au lieu de tenter d’accomplir ses rêves ?
Nous n’avons qu’une seule vie. Que désirons-nous en faire ?
"Le présent est le reflet de nos choix. Comprendre ce qui motive nos choix permet de comprendre notre présent ."
Combien d’entre-nous ont le courage de vivre différemment, de se lancer à la conquête de leurs rêves ? C’est risqué bien sûr, mais ne dit-on pas que le plus grand risque dans la vie, c’est de ne pas en prendre ?
Au cours d’un voyage sous forme de "ebook" qu'il organise en 4 étapes, Thomas Jacobsen aborde ces questions profondes. Il nous amène à réfléchir à notre vie, à nous remettre en question. Il nous propose de réajuster le cours de notre existence pour revenir vers ce qui compte vraiment. Et ce petit pas de recul sur nous-même fait le plus grand bien. Merci pour cette belle ballade.

Vous savez, il est tellement facile de tomber dans le piège d’une vie médiocre. Si nous ne prenons pas notre vie en main et n’exerçons pas une action sur elle, c’est elle qui exercera une action sur nous. Et les jours se transforment alors en semaines, et les semaines en mois, et les mois en années. Et puis, oh surprise, il est trop tard.
[citation de Robin Sharma sélectionnée par Thomas Jacobsen]

vendredi 23 octobre 2009

"Maktub" de Paulo Coelho

Lecture achevée le 22 octobre 2009

Ce livre est similaire dans sa forme au Manuel du guerrier de la lumière. C’est un recueil de courtes paraboles sur des sujets divers, principalement des enseignements spirituels que l’auteur à retenus durant les années passées avec son maître.

A nouveau je n’ai pas vraiment accroché à ce livre. Je me suis arrêté sur très peu de ces textes. Voici peut-être le seul qui m’a fait sourire, et que j’aimerais partager :
Le philosophe Allemand Schopenhauer se promenait dans une rue de Dresde, cherchant des réponses aux questions qui l’angoissaient. Soudain, passant devant un jardin, il décida d’y demeurer quelques heures à regarder les fleurs. Trouvant le comportement de cet homme étrange, un habitant du voisinage appela la police. Quelques minutes plus tard, un policier s’approcha de Schopenhauer. "Qui êtes-vous?", lui demanda-t-il d’un ton rude. Schopenhauer toisa de la tête aux pieds l’homme qui se tenait devant lui. "Si vous savez répondre à cette question, dit-il, je vous en serai éternellement reconnaissant."