dimanche 8 mars 2009

"Oedipe sur la route" de Henry Bauchau

Lecture achevée le 22 juillet 1996, seconde lecture le 5 mars 2009

Ce livre raconte l'exil du grand roi Œdipe, qui décide de s'aveugler et de quitter Thèbes après la révélation du parricide et de l'inceste suivi du suicide de sa femme et mère Jocaste. Sa fille Antigone l'accompagne dans ce long voyage, ainsi que Clios le bandit qu'ils rencontrent un peu plus loin sur la route.
Leur errance dure 10 années, au cours desquelles ils sont perpétuellement à la recherche d'eux-mêmes et de leur destin. Il se soumettent à des épreuves toujours plus douloureuses et fantastiques, contraints à des actes énigmatiques qu'ils ne peuvent maîtriser et poussant jusqu'au bout les limites de leur corps, pour atteindre finalement "ce point où la clarté du ciel se confond avec la lumière dorée des soleils".

Cette interprétation toute personnelle du récit mythique de Sophocle, construite et imaginée par Henry Bauchau entre Œdipe Roi et Œdipe à Colone, est l'une des plus grandes œuvres que j'ai lues jusqu'ici.
Le combat impitoyable que livre son héro demi-dieu maudit contre une falaise afin d'en dégager l'immense vague de leur délire, est réellement magnifique. La part belle faite aux arts tels que le chant, la danse et la sculpture comme moyen de délivrance m'a également particulièrement touchée.
Robert Jouanny le confirme à la fin du livre: on l'appelle Œdipe, mais il pourrait aussi bien porter le nom de chacun de nous. L'important est ce voyage intérieur dans lequel un homme affronte les ténèbres qu’il porte en lui jusqu’à atteindre la connaissance de soi.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour,
Vous avez fait un très beau post sur Oedipe sur la route. Ce n'est pas un roman facile à résumer et à expliquer !
J'essaie de faire le mien pour mon blog...
sistraline

Benjamin a dit…

Merci pour ce compliment Sistraline. Cette oeuvre représente un tournant dans ma vie littéraire... magnifique réussite!