samedi 11 octobre 2008

"Micromégas & L'Ingénu" de Voltaire

Lecture achevée le 28 septembre 2008

Micromégas est un habitant de Sirius. Comme tous ceux de sa planète, il est infiniment grand, infiniment sage et cultivé. L'étendue de ses connaissances n'a aucune pareille avec la nôtre, et afin de continuer à former son esprit et son cœur il décide d'entreprendre un voyage. Après être passé par Saturne, il arrive sur Terre où il établi le contact avec les minuscules animaux que nous sommes. Il constate avec intérêt que nous sommes doués d'une certaine forme primitive d'intelligence, et entame alors une discussion au sujet de l'âme humaine et de la place de l'homme dans l'univers, au cours de laquelle il s'amuse beaucoup de notre ignorance et de nos préjugés.
La seconde partie de ce livre raconte l'histoire d'un voyageur qui débarqua sur la côté française de Basse Bretagne en l'année 1689. Il venait d'un pays lointain, et avait reçu une éducation primitive et sans préjugé. Il avait sur tout un regard d'enfant, ne croyait que ce qu'il pouvait voir et profitait de chaque moment avec simplicité. On l'appela l'Ingénu. Il rentra très vite en contact avec la haute société française de l'époque, et y fut accueilli chaleureusement car on lui retrouva par chance quelque lien de parenté avec certains habitants de la région. La suite du texte raconte les aventures rocambolesques, discussions et épreuves sentimentales que vécu l'Ingénu dans ce monde nouveau pour lui, et au cours desquelles il jeta constamment un regard ironique sur la société de l'époque. Il s'étonna souvent de leur (notre) façon de se compliquer l'existence au lieu de profiter de la beauté de la vie à chaque instant.
Bien que j'aie une nette préférence pour le premier Micromégas, j'ai aimé ces 2 contes de Voltaire, et ce autant pour la réflexion philosophique sur notre société et sur l'homme qui s'en dégage, que pour le style d'écriture typique de l'époque (18ème siècle) que j'apprécie tant.
Le commentaire de Jaques Van den Heuvel est également intéressant car il permet de se rendre compte que de nombreux passages sont directement inspirés des événements réels et de l'état des connaissances (parfois incomplètes) de l'époque.

3 commentaires:

vinciane a dit…

Il me semblait bien que tu l'avais lu celui-là... J'étudie les philosophes du 18e avec mes élèves pour l'instant et bien entendu, Voltaire fait partie de la fête. Tu dis que tu apprécies ce siècle, pourrais-tu expliquer pourquoi? Ca m'intéresse car moi aussi j'ai une attirance pour cette époque, mais je ne peux pas vraiment en exprimer les raisons. Les idées ne me convainquent pas, c'est autre chose... Mais toi, c'est quoi?

Benjamin a dit…

C'est la beauté du style d'écriture qui me plaît. Chaque phrase semble être empreinte d'une certaine noblesse inspirée de la bienséance de cette époque. Cette sorte d'élégance rend les textes tellement plus gracieux et chaleureux que le style brut et froid de la plupart des récits actuels (je trouve). L'écrivain contemporain est un écrivain. L'écrivain de cette époque était à la fois écrivain et poète. Je serais assez tenté de comparer ça à un texte rédigé au crayon avec l'odieuse écriture d'un médecin pressé, à côté d'un texte magistralement calligraphié à l'encre de Chine. Le contenu peut être identique, mais la forme est tellement plus majestueuse.
Je retrouve d'ailleurs une émotion similaire en lisant Don Quichotte (17ème).

vinciane a dit…

Oui,je suis d'accord avec toi, le soin que les écrivains mettaient dans la forme de leurs oeuvres est incomparable à ce que nous connaissons aujourd'hui. Mais je pense aussi que ces hommes de lettre apportaient surtout une pensée, une impulsion nouvelle et joignaient donc le fond et la forme, l'intelligence et le coeur. Aujourd'hui, il ne nous reste souvent que l'un ou l'autre, et encore... Jadis, les hommes consacraient leur vie à l'écriture, à la pensée. C'était un "but en soi", aujourd'hui, c'est souvent un hobby, une activité à part... Cet engagement, l'intense présence des auteurs est lisible partout dans leurs textes tandis que les oeuvres contemporaines sont souvent un peu "vides". Mais si la forme, la force et l'élégance te plaisent tant, qu'attends-tu pour savourer l'oeuvre de Victor Hugo? Je te conseille tout d'abord Les Misérables, comme tu ne crains pas les "bibles"...
Au plaisir de partager tes prochaines lectures et découvertes!